24/01/2012

Un an sans musée d'art contemporain

Un an que le Musée d'art contemporain de Bruxelles (capitale d'Europe, non?) a été escamoté pour faire plus de place aux expos "qui font rentrer de l'argent dans les caisses". Horrible, non?

INVITATION.JPG

Commentaires

C'est triste lorsque tout tourne autour de l'argent !

Fabienne

Écrit par : hotel luxe | 24/01/2012

Euh.... cela fait longtemps Fabienne que l'art tourne autour de l'argent :D Depuis Léo Castelli en tout cas, et cela fait un bail! Tu reviens d'une autre planète?

Écrit par : Eric | 26/01/2012

Ps J'ai visité ton site et oui tu es d'une autre planète, totalement coupée de la réalité... et qu'on ne peut visiter que si on a beaucoup d'argent!

Écrit par : Eric | 26/01/2012

Cher Eric, je comprends que vous soyiez désabusé, surtout devant cette glissade accélérée vers un sysyème de castes (las nantis d'un côté, les soumis de l'autre), mais je n'ai personnellement pas envie de me résigner. Notre faculté de nous indigner est une arme élémentaire.

Écrit par : Benoi Lacroix | 26/01/2012

Cher Benoi, pour une fois on n'est pas du tout d'accord. Je te tutoie car on l'a fait lors de notre dernière conversation. Où lis-tu que je suis désabusé? Et où lis-tu que je me résigne? Je ne parle que de faits. Évitons la dialectique où quand moi je conteste je suis désabusé et quand toi tu contestes tu fais partie des indignés. C'est indigne de toi.

Reprenons donc les choses objectivement, car je connais particulièrement bien ce musée pour y avoir fait des visites guidées à titre privé. Bien sur je regrette autant que toi la fermeture du musée. Il y avait de très belles pièces qui désormais nous sont inaccessibles.

Toutefois:

1) Il y avait des choses qui ne tournaient absolument pas rond dans les comités de sélection des oeuvres pour le musée. Deux exemples. Je me souviens d'un inspecteur des finances révolté du choix de l'oeuvre de Bernd Lohaus qui a coûté un maximum à la collectivité: il s'agissait d'une oeuvre minimaliste (je ne discute pas des goûts) constitué de 16 planches et poutres posées contre un mur. La question n'était pas qu'on aime ou pas, la question était le prix. De même pour les monochromes de Marthe Wéry, qui n'enrichissaient en rien l'histoire de l'art vu leur apparition tardive et leur banalité de facture.

2) J'ai eu aussi beaucoup de contacts sur place avec l'IRPA (restauration de notre patrimoine belge) On constatait que beaucoup d'artistes avaient créé leur oeuvre avec une obsolescence plus ou moins programmée. C'était voulu et c'était leur droit de faire ce choix. Ce qui n'allait pas, c'est que le musée a trahi ce choix en voulant à tout prix faire restaurer des oeuvres en raison de l'intérêt économique. Imagine une casserole de Marcel Broodthaers où il risquait de ne plus rien rester de l'oeuvre originale, et où une fois de plus cela devait coûter un maximum d'argent à la collectivité!!! Derrière ce musée il y avait aussi l'intérêt des galeries.

Alors verser des larmes de crocodile sur la disparition (provisoire?) de ce musée, une demoiselle ou madame qui vient dire que c'est triste que tout tourne autour de l'argent et en profite pour promotionner sa chaîne d’hôtels, je trouve cela un tantinet surréaliste! Moi je m'en tire, j'ai un toit, j'ai à manger et j'ai des oeuvres un peu partout dans le monde. Mais je connais un grand nombre d'artistes à Bruxelles qui ont échoué dans la rue, et pourtant Dieu sait s'ils sont talentueux. Ils en sont réduits à devenir des sans-logis. Ça aussi c'est la réalité objective! Manifestement on n'a pas le même genre d'indignation. Pourtant je réagis par amitié pour toi. Un autre j'aurais déjà laissé tomber...

Écrit par : Eric | 28/01/2012

Les commentaires sont fermés.